Les Bahamas souhaitent valoriser l’écotourisme

Lors de la réunion régionale de la Société pour la Conservation et l’étude des oiseaux des Caraïbes (SCSCB) proposant un atelier de l’écotourisme organisé par la Société internationale d’écotourisme à l’Hôtel Pelican Bay et un atelier de photographie numérique au Centre de la Nature Rand, le SCSCB qui est une organisation à but non lucratif œuvrant pour la conservation des oiseaux de Caraïbes et de leurs habitats grâce à la recherche, l’éducation, a proposé des mesures de conservation et de renforcement des capacités.

Le thème était «Connecter la nature à travers les oiseaux», et a réuni les délégués de partout dans le monde.

SCSCB a expliqué qu’il souhaitait sensibiliser et intéresser la population dans les domaines de l’écotourisme.

«C’est une région très, très importante parce que, comme vous le savez, l’image touristique traditionnelle dans les Caraïbes, c’est le soleil, les belle plage, la mer, le sexe et la drogue… » indique le représentant SCSCB.

« Les Caraïbes sont en fait l’un des trois principaux domaines pour les oiseaux. Nous n’avons pas de lions, nous n’avons pas les tigres, nous n’avons pas les girafes, mais nous avons beaucoup d’oiseaux collectivement dans les Caraïbes, qui ne se retrouvent pas ailleurs dans le monde. (Il a) le troisième plus haut taux d’endémisme, et par là j’entends les oiseaux qui ne se trouvent que sur une partie très spécifique de la planète. Il (l’atelier) a été une occasion vraiment importante pour amener les gens à être conscients sur les méthodes de s’engager avec le tourisme sur l’environnement et ce qu’il signifie pour devenir un guide nature, la certification, tout ce qui devient réellement impliqués dans la tête d’un paquet taux le plus élevé. Il y avait des gens qui sont impliqués avec les organisations non gouvernementales, qui travaillent avec des parcs et zones protégées, qui sont des forestiers, des gens qui sont des citoyens privés, qui dirigent les groupes de touristes, qui sont dans les zones d’importance environnementale, peut-être à proximité des zones de forêts, les mangroves, qui tentent d’offrir aux visiteurs ce service.  »

Le tourisme écologique est actuellement l’un des domaines à plus forte croissance du tourisme dans le monde, et les Caraïbes peuvent en tirer parti.

«Nous sommes particulièrement bien placés non seulement parce que nous sommes proches de l’Amérique du Nord, près du Canada, nous parlons anglais, mais aussi nous avons beaucoup de personnes-ressources locales. Nous avons beaucoup de compétences, nous avons les matières premières en termes de la bio-diversité et vraiment faire participer les gens est quelque chose qui peut être très important pour les économies locales de nombreuses îles. « 

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply