De vertes ambitions dans la grande bleue

Les îles tropicales Cook – une nation de 15 îles volcaniques et coralliennes réparties sur 2 millions de kilomètres carrés dans le milieu de l’océan Pacifique – est un lieu que les gens apprécient pour s’échapper quand ils ont besoin d’une pause, loin de l’agitation des grandes villes et les soucis …, mais la vie continue pour ceux qui vivent sur l’île et les insulaires sont de plus en plus conscients d’au moins un problème: leur empreinte environnementale.

En Juillet, le Premier ministre, Henry Puna, a annoncé que les îles seraient la première destination «verte» dans le Pacifique, avec 50 pour cent de ses besoins énergétiques couverts par des sources renouvelables d’ici 2015 (juste à temps pour le « 50e anniversaire de l’indépendance » de l’île). La nation espère être à 100 pour cent dépendantes de l’énergie solaire et éolienne d’ici 2020.

Il y a des plans pour un parc éolien sur l’île principale, Rarotonga, et des projets d’énergie durable sur les autres îles: les centrales solaires à Aitutaki et Rakahanga; Unités de contrôle du vent sur Atiu et Mauke et des plans pour l’énergie renouvelable assistance sur Pukapuka, Nassau , Souvorof et Manihiki dans le groupe nord des îles. Les sources de financement comprennent le Japon, la Chine et l’abattement des îles du Pacifique de gaz à effet de projets d’énergie renouvelable, financé par le Programme de développement des Nations Unies.

« La vérité est que nous n’avons vraiment aucune option», indique Puna . « Économiquement, il notre pays a trop de factures de carburant pour fournir de l’électricité [à partir de générateurs diesel] pour notre peuple, à Rarotonga et à travers les îles. [Et] il est important que nous pratiquons ce que nous prêchons, notamment en s’attaquant aux effets néfastes sur notre environnement.  »

les questions incluent la gestion des déchets (certains déchets non-organiques est expédié à la Nouvelle-Zélande, mais la plupart vont à l’enfouissement, ce qui n’est pas durable sur les petites îles), de l’assainissement (il n’y a aucun système d’assainissement sur toute l’île, même à Rarotonga), l’eau et le changement climatique.

«Parce que nous savons que nous allons être parmi les premiers au monde à ressentir les effets du changement climatique – avec des cyclones plus fréquents et plus intenses, l’acidification des océans qui affecteront nos récifs coralliens, la hausse du niveau des mers – Nous apportons des changements pour être un exemple pour les autres nations du Pacifique », a indiqué le premier directeur du Cook Islands Tourism Board du développement de la destination, Metua Vaiimene.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply